1. 🛠️ Outils
  2. Matériel
  3. Bureau et espace de travail

Bureau et espace de travail

Sommaire 👇

⚠️ L’importance des dates
Les outils évoluent sans cesse, bien plus vite que ma bande passante pour maintenir à jour cette base de connaissances (car ce n’est pas mon travail à plein temps, m’voyez).

Il est possible que le contenu de certains articles ne soit plus tout à fait valable au moment où vous le lisez. Remettez donc toujours les pages dans le contexte de leur date d’écriture, c’est important.

Comment travailler chez soi dans les meilleures conditions ?

Une maigre frange de la population a pu réfléchir à cette question depuis quelques décennies. Et depuis 2020, tout le monde a eu l’occasion de se la poser.

Étant adepte du télétravail depuis… que je travaille (début des années 2010), j’y ai moi-même beaucoup réfléchi. J’ai pu pratiquer et tester pas mal de choses. Depuis plusieurs années, j’avais déjà le luxe d’une pièce entièrement consacrée à mon travail — toujours plus facile quand on habite en province.

En 2020, j’ai déménagé en Auvergne. En me rapprochant des volcans, je me suis aussi éloigné du TGV. Et d’une certaine manière, ça a renforcé mon ADN de télétravailleur par défaut, juste avant qu’un certain coronavirus ne banalise cette situation. Au moins pour les gens qui comme moi, travaillent dans le numérique.

Setup porn

Après quelques travaux, ce déménagement fut l’occasion de repenser mon environnement de travail (et accessoirement, de beaucoup progresser en cable management). Vu le temps que j’y passe, autant essayer de m’y sentir bien.

Après moult itérations, j’ai l’impression d’avoir trouvé un bon équilibre avec mon installation actuelle. Je me suis dit que j’allais donc faire un article pour partager tout ça. Visuellement, ça ressemble à ça :

Mon bureau, mon espace de travail
Ça n’est pas toujours aussi bleu, je vous rassure.
La photo en plus grand.

Tant qu’à faire, je vais profiter de cet article pour détailler tous les éléments qui composent cette installation. C’est le genre de détails qui m’intéressent lorsque je scrute les espaces de travail de mes amis, collègues ou autres camarades numériques.

La simple observation de bureaux (différents du vôtre) peut donner de bonnes idées pour améliorer votre propre installation, sans forcément devenir un adepte de ce que j’appelle le setup porn. Chacun place son curseur de nerdyness où il le souhaite. En tout cas, si vous êtes toujours en quête d’inspiration dans la construction de votre espace de travail, je vous recommande la sympathique newsletter workspaces.xyz.

Le matériel en détail

Date de la photo : mai 2021.

Vous pouvez cliquer sur chaque numéro pour accéder directement à la référence, plus bas dans cette page.

0. Matériel → Modèle (Année d’achat)
Commentaire laconique.

1. Siège de bureauHerman Miller Aeron (2013)

Le seul et l’unique. Le patron du jeu.

↑ Remonter à l’image

2. Bureau à hauteur réglableIKEA BEKANT 160 × 80 cm (2015)

Il tient toujours bien le coup après 3 déménagements. Je me sers énormément du filet central (sous la table elle-même) pour cacher tout un tas de câbles. Ça m’a même évité d’acheter ce genre de bacs.

↑ Remonter à l’image

3. Ordinateur → MacBook Pro 13″ 2020 (2020)

Il est important pour moi que le cœur de mon système soit facilement transportable. Bien que majoritairement sédentaire, je préfère donc les ordinateurs portables aux ordinateurs de bureau. Et dans mon installation habituelle, mon MacBook me sert aussi de troisième écran.

↑ Remonter à l’image

4. Écran principal → Dell U4021QW (2021)

Mon gros craquage de 2021. Le premier moniteur « 5k2k » de plus de 38 pouces. Je l’adore. Ça faisait un moment que j’avais envie d’une plus grande résolution — me voilà maintenant paré pour au moins quelques années. Au passage, son hub USB-C intégré a bien simplifié mon cable management. (Tous ceux qui s’y sont déjà intéressés savent que les hubs USB-C sont toujours un casse-tête.)

↑ Remonter à l’image

5. Écran secondaire → LG 29EA93 (2014)

Le 21:9 (ou ultrawide) a toujours été une évidence pour moi, même quand ce format faisait ses premiers pas, au début des années 2010. Après 7 ans de bons et loyaux services, ce moniteur me permet maintenant de profiter de 2580 × 1080 pixels sur ce qu’il est devenu : un écran secondaire de luxe.

↑ Remonter à l’image

6. Bras articulé pour écran → Modèle sans nom de marque Invision (2020)

J’avais initialement un bras Amazon Basics, qui avait un peu de mal à supporter les 5 kg du gros pépère du paragraphe précédent. Ce bras-là est un peu moins flexible, mais il tient parfaitement la charge.

↑ Remonter à l’image

7. Clavier → Apple Magic Keyboard avec pavé numérique (2020)

Je n’ai pas encore sombré dans les claviers mécaniques et autres HHKB. Je tiens aussi à mon pavé numérique. Je me suis longtemps contenté de claviers filaires, mais je dois dire que le sans fil est un confort non négligeable.

↑ Remonter à l’image

8. SourisLogitech MX Vertical (2020)

Plus important que le choix de son modèle de souris : savoir s’en servir correctement.

↑ Remonter à l’image

9. Casque sans fil à réduction de bruitBose 700 (2020)

L’indispensable du travailleur contemporain.

↑ Remonter à l’image

10. Support pour casque → Modèle sans nom de marque APPHOME (2017)

On ne le voit pas très bien sur la photo, mais c’est ce qui permet à mon casque de s’accrocher sous mon bureau. Super pratique.

↑ Remonter à l’image

11. Micro → Blue Yeti (2020)

N’étant pas spécialement compétent en la matière, j’ai suivi la recommandation habituelle pour ce grand classique des micros qui a pignon sur rue. Aucun regret pour l’instant.

↑ Remonter à l’image

12. Bonnette pour micro → Modèle sans nom de marque AOBETAK (2020)

Je trouve ça plus élégant qu’un filtre antipop, et j’ai cru comprendre que ça jouait le même rôle. Je veux bien qu’on me corrige si je dis des conneries — je ne connais pas très bien le sujet.

↑ Remonter à l’image

13. Bras articulé pour micro → RØDE PSA1 (2020)

Le pied du Blue Yeti est sympa, mais un peu trop massif à mon goût. Les bras articulés pour micros apportent non seulement de la flexibilité spatiale, mais aussi un désencombrement de votre bureau. C’est toujours appréciable. Le PSA1 de chez RØDE a l’air aussi populaire parmi les perches que le Blue Yeti parmi les micros. Je n’ai aucun reproche à lui faire.

↑ Remonter à l’image

14. Enceintes 2.1 → Altec Lansing VS4121 (2006 !)

Increvables. Je les ai achetées peu de temps après mon baccalauréat. Voilà pour le coup de vieux.

↑ Remonter à l’image

15. Webcam → Logitech C920 HD Pro (2019)

Là non plus, je ne suis pas allé chercher bien loin. C’est le standard du marché. L’étape d’après serait d’utiliser un appareil photo en guise de caméra. La qualité d’image est alors sans commune mesure avec celle de n’importe quelle webcam, et vous fait immédiatement sortir du lot. Pour autant, ce serait un peu excessif compte tenu de mes besoins actuels en la matière.

↑ Remonter à l’image

16. Support pour ordinateur portable → Rain Design Support mStand (2014)

Avantage (outre la prise de hauteur) : pouvoir ranger des trucs en-dessous, sans encombrer votre bureau.

↑ Remonter à l’image

17. Rehausseur d’écran → Modèle sans nom de marque Amazon Basics (2015)

À l’origine, il me servait à surélever mon LG 29EA93, à l’époque où j’utilisais son pied. Il me sert maintenant à surélever mon MacBook lorsque ce dernier joue le rôle de troisième écran.

↑ Remonter à l’image

Quand on a la possibilité de le faire, c’est toujours une bonne idée d’être branché en ethernet, plutôt que de compter sur le Wi-Fi. J’utilise ce switch pour relier mon bureau à ma box, puis y connecter mon MacBook (via mon écran), mon imprimante et mon Google Wi-Fi. Et comme TP-Link n’est pas une marque qui m’émoustille particulièrement, j’ai préféré recouvrir ce switch avec le sticker d’une petite PME du coin.

↑ Remonter à l’image

19. Boîte de rangement de câbles → Modèle sans nom de la marque NTONPOWER (2020)

J’aime tellement cette boîte que j’en ai acheté deux autres pour mon salon — autre champ de mine potentiel au niveau des câbles et autres blocs d’alimentation. À ce stade, on pourrait presque considérer ce boîtier comme un pilier de mon cable management.

↑ Remonter à l’image

20. ImprimanteBrother DCP-9020CDW (2015)

L’occasion de rappeler que les imprimantes laser ont beau coûter cher, elles sont bien plus économiques que les jets d’encre. Même si, comme moi, vous imprimez très peu. Je me sers d’ailleurs plus souvent du scanner que de l’imprimante. Mais les rares fois où j’ai besoin d’imprimer, c’est généralement qu’il y a urgence, que je ne peux pas faire autrement. Et c’est justement dans ces moments-là que les problèmes sont les plus insupportables. J’ai juste besoin que ça marche, sans me préoccuper d’encre séchée ou d’un rechargement de cartouche qui empêche l’impression. Dans ces moments-là, je sais que je peux compter sur mon imprimante laser.

Elle est banchée en ethernet pour que 100 % de mes scans arrivent dans ma Dropbox, sans risque d’échec dans la transmission des données.

↑ Remonter à l’image

21. Routeur Wi-Fi → Google Wifi (2018)

Dès qu’on commence à s’éloigner de sa box, le Wi-Fi donne rarement satisfaction. On ne le voit pas sur la photo, mais j’ai un Google Wi-Fi (ça s’appelle maintenant Nest Wifi) juste à gauche de mon imprimante. Ma box n’étant pas au même étage que mon bureau, ça me permet d’avoir une connexion stable partout dans la maison. Il m’a aussi changé la vie dans mes logements précédents.

↑ Remonter à l’image

22. Tapis de protection du sol → Un modèle sans nom de marque MY SIT (2017)

Dans mes logements précédents, je me suis rendu compte que l’usage intense d’une chaise de bureau n’était pas toujours une bonne nouvelle pour le sol, sous la chaise en question. J’essaie maintenant d’épargner celui-ci, grâce à un tapis de ce style. Ce modèle fonctionne mais je ne le recommande pas particulièrement, il y a sans doute mieux sur le marché. Faites-moi signe si vous trouvez une pépite.

↑ Remonter à l’image

23. Bandeau lumineux → Philips Hue Lightstrip (2020)

De quoi mettre un peu d’ambiance lumineuse dans la pièce. Ce bandeau est particulièrement adapté à la tranche de mon BEKANT, c’est parfait. Je peux même piloter les lumières avec Alfred. Que demander de plus ?

↑ Remonter à l’image

24. Lampe d’ambiance → Philips Hue Go (2020)

Je l’avais chopée en promo avec les Hue Play qui sont derrière mon téléviseur. Je l’ai posée au sommet du pied de mon U4021QW, ça passe nickel. L’éclairage est un peu plus consistant avec cette lampe d’appoint que si je me contentais du bandeau lumineux.

↑ Remonter à l’image

25. Organisateurs de câbles → Divers modèles de ce style (2020)

La photo n’est pas très claire, mais j’ai ici une arrivée de plusieurs câbles dont j’ai régulièrement besoin (USB-C, USB, Lightning…) pour recharger mon téléphone, ma montre, ma liseuse ou d’autres périphériques. Ou tout simplement pour connecter un truc à mon MacBook. Cette arrivée de câbles est rendue possible grâce à ces machins (supports de câbles ? organisateurs ?) qui maintiennent et orientent les câbles exactement comme j’en ai envie. C’est bien pratique ; j’en ai à plein d’autres endroits de mon installation.

↑ Remonter à l’image

Les petites choses qui changent tout

Il y a aussi divers trucs qui ne figurent pas sur la photo mais que j’aimerais tout de même mentionner, parce qu’ils m’ont bien changé la vie.

  • Ce que les anglosaxons appellent un file cabinet et qu’on peut traduire par « armoire à dossiers » ou encore caisson de rangement. J’utilise ce modèle, j’en suis très content. Il me permet de ranger et stocker efficacement toute la paperasse de ces divers organismes qui n’ont pas encore compris que le numérique était un truc sérieux. Son prix n’est pas très doux, mais je remercie cette armoire (et mes dossiers bien rangés) à chaque fois que j’ai besoin de mettre la main sur l’original d’un document. Restons tranquille : ça ne vaudra jamais la recherche d’un PDF avec Alfred. Mais dans le monde physique, difficile de faire mieux.
  • Des hubs USB. J’en ai quelques-uns dans ma besace, dont certains depuis belle lurette. Mon U4021QW fait maintenant une bonne partie du boulot, mais ce sont quand même ces hubs qui contribuent, dans l’ombre, à un cable management serein.
  • Du scotch double-face 3M. Typiquement ce qui sert à coller les hubs USB ou autres multiprises sous mon bureau. Un indispensable pour faire disparaitre les câbles.
  • De l’attache-câbles en scratch découpable. Ce truc, c’est vraiment le cheat code du cable management.

Voilà, je crois qu’on a fait le tour. J’ai maintenant une tonne de liens à ma disposition pour agrémenter de passionnantes conversations sur nos espaces de travail et leur évolution.

Dans un monde idéal, j’essaierai de tenir cet article à jour (comme tous les autres), surtout s’il y a de gros changements. J’ai l’impression d’être paré pour un bon moment avec cette installation, mais vivement que le Jonathan du futur rapplique pour me dire à quel point j’étais stupide de penser ça. Comme le moindre changement m’oblige à revoir toute ma gestion de câbles, c’est un bon filtre pour décider si chaque nouveauté en vaut vraiment la peine.

D’ici là, si vous avez des remarques ou des suggestions d’améliorations de mon installation, je les lirai avec grand plaisir ! N’hésitez pas non plus à me partager vos propres bureaux. Je suis toujours curieux de voir comment les autres réfléchissent à leurs espaces de travail. Et comme vous l’avez compris, l’importance de ce sujet est bien partie pour s’accentuer au fil du temps.


Articles liés 👇 
Siège de bureau
Casque sans fil à réduction de bruit
Souris
Alfred • Tout faire au clavier pour gagner du temps

À ne pas rater !

Mes textes vous plaisent ? Suivez-moi.

Adresse e-mail non valide