Raccourcis clavier (macOS)

⚠️ L’importance des dates
Les outils évoluent sans cesse, bien plus vite que ma bande passante pour maintenir à jour cette base de connaissances (car ce n’est pas mon travail à plein temps, m’voyez).

Il est possible que le contenu de certains articles ne soit plus tout à fait valable au moment où vous le lisez. Remettez donc toujours les pages dans le contexte de leur date d’écriture, c’est important.

Très souvent, les raccourcis clavier sont la manière la plus rapide d’accomplir une micro-tâche. Le genre d’action que nous faisons tous des dizaines, des centaines de fois par jour. Alors forcément, je parle régulièrement de raccourcis clavier sur ce site. Ils sont même au cœur de la proposition de valeur de certains des produits que j’estime le plus, comme Superhuman, Alfred ou Notion.

Mais dans cet article, j’aimerais faire un récapitulatif des raccourcis clavier « généraux » de macOS. Ceux qui sont partagés de manière quasi universelle par la majorité des applications. Ceux qui méritent d’entrer au plus profond de votre mémoire musculaire, alors que la plupart des gens savent à peine qu’ils existent.

Il y a un truc bizarre avec l’utilisation des raccourcis clavier. Un truc qui va bien au-delà des quelques dixièmes de secondes qu’ils me font gagner plusieurs centaines de fois par jour. Un truc presque psychique. C’est comme si je recevais une micro-dose d’endorphine à chaque fois qu’ils me donnent la certitude que oui, j’exécute cette action de la façon la plus efficace qui existe. Et que non, il n’est pas possible d’aller plus vite pour y parvenir. Une sensation de satisfaction bizarrement agréable.

La liste qui va suivre contient donc les raccourcis clavier qu’il me semble intéressant de connaître, dès lors que vous passez plus d’une heure par jour derrière un ordinateur. Derrière un Mac, en l’occurrence.

La maîtrise de cette liste aura toutes les chances de vous rendre plus productif. Et si vous êtes comme moi, elle rendra surtout l’utilisation de votre ordinateur plus fluide, plus agréable. Avec le temps qu’on y passe, inutile de vous dire que ça vaut le coup.

Avant de commencer… Quelques clarifications, histoire que tout le monde s’y retrouve :

  • correspond à la touche cmd (command), longtemps appelée Pomme
  • correspond à la touche Maj (shift)
  • correspond à la touche Option (alt)
  • correspond à la touche Contrôle (ctrl)
  • correspond à la touche Espace (space)
  • correspond à la touche Entrée (return)
  • correspond à la touche Tabulation (tab)

Un raccourci clavier est souvent le fruit d’une combinaison de touches. Mais pour l’exécuter correctement, il ne faut pas partir avec la logique d’appuyer sur deux touches simultanément.

Oui, vous allez pourtant bien appuyer sur deux (ou trois) touches en même temps. Mais le truc à comprendre, c’est que cela se fera toujours de manière décalée, en deux temps.

— Temps 1. Votre pouce va d’abord appuyer sur une des touches combinatoires ( ou , le plus souvent), puis la maintenir appuyée jusqu’à la fin de l’exécution du raccourci.

— Temps 2. Une fois que la touche combinatoire est maintenue, vous pourrez appuyer sur une autre touche pour exécuter le raccourci clavier. Puis relâcher les deux touches.

C’est comme ça qu’il faut réfléchir. Le pouce en premier, et la deuxième partie du raccourci ensuite. Pas les deux en même temps.

Ce sera sans doute évident pour vous, mais ça ne l’était pas pour ma mère quand j’ai essayé de lui expliquer qu’elle n’était pas obligée d’utiliser sa souris pour faire des copier/coller. Ni pour moi quand j’ai appris à taper sur un clavier pour la première fois. Alors ce rappel sera peut-être utile à des gens qui, sur un malentendu, se retrouveraient à lire cet article.

Vous voilà fin prêt pour apprendre les raccourcis clavier de macOS avec tonton Jo.

Cette liste n’est pas exhaustive — loin de là. Je me suis contenté des raccourcis clavier que j’utilise régulièrement, à titre personnel. Il y a aussi ceux que je connais mais que je n’utilise jamais (à tort ?), et d’autres dont j’ignore forcément l’existence. Je compte bien sur vous pour continuer à progresser.

L’idée n’est pas forcément de tous les connaître par cœur, mais plutôt d’interroger vos usages. Une bonne manière de lire cet article, c’est de parcourir la liste en vous posant ces questions :

  • Est-ce que je le connais, celui-là ?
  • Est-ce que je l’utilise ?
  • Est-ce que je l’utilise systématiquement ?
  • Est-ce que je n’aurais pas intérêt pas à prendre le réflexe de l’utiliser ?

Posez-vous la question, et répondez-y de manière sincère. C’est un bon début.

Sur ce, allons-y pour la liste. Au pire, elle vous permettra de vérifier que vous êtes au top. Au mieux, elle initiera de nouveaux réflexes et de saines habitudes pour le reste de votre vie.

1. Finder, fichiers et dossiers

Je parle ici de « fichier » pour simplifier, mais il peut également s’agir d’un dossier. Un truc sélectionnable dans le Finder, quoi.

Sélectionner des fichiers au clavier

  • pour sélectionner le fichier juste au-dessus.
  • ⌥↑ pour accéder au premier fichier du dossier.
  • pour sélectionner le fichier juste au-dessous.
  • ⌥↓ pour accéder au dernier fichier du dossier.
  • Tous ces raccourcis peuvent être combinés avec la touche pour étendre votre sélection :
    • ⇧↑ pour étendre la sélection (d’un fichier) vers le haut.
    • ⌥⇧↑ pour étendre la sélection jusqu’en haut du dossier.
    • ⇧↓ pour étendre la sélection (d’un fichier) vers le bas.
    • ⌥⇧↓ pour étendre la sélection jusqu’en bas du dossier.
  • ⌘A pour sélectionner tout (tous les fichiers qui se trouvent à l’intérieur d’un dossier, par exemple). (A comme All.)
  • ⌘↑ pour remonter au dossier parent.

Agir sur les fichiers sélectionnés

Une fois un fichier sélectionné, il est rarement utile de lâcher son clavier pour faire une action dessus.

  • pour afficher un aperçu du fichier sélectionné (une des meilleures fonctionnalités de macOS 😍).
  • pour renommer un fichier sélectionné.
  • ⌘O (ou ⌘↓) pour ouvrir un fichier sélectionné. (O comme Open.)
  • ⌘⌫ pour supprimer un fichier sélectionné.
  • ⌘C pour copier un fichier sélectionné. (C comme Copy.)
  • ⌘V pour coller un fichier sélectionné.
  • ⌘D pour dupliquer un fichier sélectionné. (D comme Duplicate.)
  • ⌘I pour afficher les informations d’un fichier sélectionné. (I comme Information.)
  • ⌘⌥; pour afficher un fichier sélectionné dans Alfred (et accéder à plein d’autres commandes, comme déplacer le fichier dans un autre dossier, toujours sans toucher à votre souris).

Je parle au singulier, mais ce qui est valable pour un fichier seul l’est également pour plusieurs fichiers à la fois. On aurait tort de se priver des actions groupées.

Dans le Finder

  • ⌘N pour ouvrir une nouvelle fenêtre. (N comme New.)
  • ⌘⇧N pour créer un nouveau dossier (à l’endroit où vous vous trouvez actuellement).
  • ⌘T pour ouvrir un nouvel onglet. (T comme Tab.)
  • ⌘⇧T pour afficher/masquer la barre d’onglet (et non pour rouvrir le dernier onglet malencontreusement fermé, contrairement au comportement d’un navigateur 😬)
  • ⌘W pour fermer l’onglet actif.

2. Raccourcis universels et navigation dans macOS

Ces raccourcis qui fonctionnent de façon « standard » sur macOS, mais également dans la plupart des applications. Quand l’action en question s’y prête.

  • ⌘␣ pour lancer Alfred (dans mon cas, j’ai complètement désactivé Spotlight).
  • ⌘⇥ pour passer d’une fenêtre à l’autre.
  • ⌘F pour rechercher. (F comme Find.)
    • Et au lieu de prendre votre souris pour modifier la recherche, faites à nouveau ⌘F pour en lancer une nouvelle (et écraser la précédente).
  • ⌘Z pour annuler la dernière action.
    • ⌘⇧Z pour rétablir la dernière action. (Ou annuler l’annulation, si vous préférez les double négations.)
  • ⌘S pour enregistrer. (S comme Save.)
  • ⌘F pour mettre en plein écran l’application active. (F comme Full screen.)
  • ⌘P pour imprimer. (P comme Print.)
  • ⌘H pour masquer l’application active. (H comme Hide.)
  • ⌘⇧D pour afficher le bureau (en masquant/réduisant toutes les autres fenêtres). (D comme Desktop.)
  • ⌘W pour fermer l’onglet actif.
  • ⌘Q pour quitter l’application active. (Q comme Quit.)
  • ⌘, pour afficher les préférences de l’application active.
  • ⌘⇧4 pour capturer une zone de l’écran. (J’ai gardé ce raccourci pour CleanShot.)
    • ⌘⇧3 pour capturer l’intégralité de l’écran.
  • ⌃↓ pour afficher toutes les fenêtres de l’application active.

3. Sélectionner et manipuler du texte

Tout ce dont vous pourrez profiter dans la moindre zone de texte (pour les raccourcis les plus simples) ou dans un bon éditeur de texte (pour les plus élaborés).

Voici comment positionner son curseur efficacement, sans jamais toucher à sa souris :

  • pour aller au caractère suivant.
  • pour aller au caractère précédent.
  • ⌥→ pour aller à la fin du mot suivant (ou du mot en cours, si vous êtes à l’intérieur d’un mot).
  • ⌥← pour aller à début du mot précédent (ou du mot en cours, si vous êtes à l’intérieur d’un mot).
  • ⌘← pour aller au début de la ligne.
  • ⌘→ pour aller à la fin de la ligne.
  • ⌥↑ pour aller à début du paragraphe.
  • pour aller à la fin du paragraphe.
  • ⌘↑ pour aller en haut de la page.
  • ⌘↓ pour aller en bas de la page.
  • Combinez ces commandes avec pour sélectionner du texte sans perdre de temps.
    • Par un exemple, un ⌥⇧←←← sélectionnera les trois mots qui précèdent votre curseur, et ce bien plus vite que si vous deviez :
      • lâcher votre clavier ;
      • attraper votre souris ;
      • viser précisément pour sélectionner ces trois mots.

Que dire de cette utilisation méconnue du pour se déplacer à l’intérieur d’un texte ? C’est probablement l’un des raccourcis avec le ratio Utilité/Popularité les plus élevés qui existe. Tous ceux qui le connaissent n’utilisent plus jamais leur souris pour naviguer dans un paragraphe de texte. Le ⌥←→ s’occupe de viser à notre place.

Je suis toujours surpris de tomber sur des personnes qui passent leurs journées à manipuler du texte, et qui n’utilisent pas ces raccourcis. Lorsqu’elles parviennent à s’y mettre, c’est généralement un point de non-retour.

Formater du texte au clavier

Quand vous sélectionnez du texte, c’est souvent pour le formater d’une certaine manière, pour lui donner un certain style. Une fois que vous avez sélectionné votre texte au clavier, ce serait trop bête de s’arrêter en si bon chemin. La plupart des actions de formatage de texte sont, elles aussi, faisables au clavier. Et là encore, ça va bien plus vite qu’à la souris.

  • ⌘B pour mettre en gras. (B comme Bold.)
  • ⌘I pour mettre en italique. (I comme Italics.)
  • ⌘U pour souligner. (U comme Underline.)
  • ⌘K pour ajouter un lien hypertexte.
    • Note : de plus en plus d’applications (Notion, Slack, Dropbox Paper…) permettent d’ajouter un lien en collant directement (⌘V) l’URL sur le texte sélectionné. Même plus besoin de faire un ⌘K dans ces conditions.

Et puis, on trouve bien sûr tous les raccourcis habituels pour agir sur le texte sélectionné :

  • ⌘C pour copier le texte sélectionné.
  • ⌘X pour couper le texte sélectionné.
  • ⌘V pour coller sur (écraser) le texte sélectionné.
    • ⌘⌥V pour ouvrir mon gestionnaire de presse-papier (j’utilise celui d’Alfred).
    • ⌘⇧V pour coller le texte brut, en supprimant le style.
  • pour passer au champ suivant.
  • ⇧⇥ pour revenir au champ précédent.
  • pour cocher une case.
  • pour valider le formulaire, ou appuyer sur le bouton sélectionné.
  • Dans un menu déroulant, taper sur une lettre de votre clavier vous positionne sur le premier élément du menu qui commence par cette lettre. Si la liste est longue, c’est beaucoup plus rapide que scanner visuellement tous les éléments du menu déroulant.

4. Dans son navigateur web

(Essentiellement Chrome dans mon cas.)

  • ⌘⌥→ pour afficher l’onglet juste à droite.
  • ⌘⌥← pour afficher l’onglet juste à gauche.
  • Dit autrement, ⌘⌥←→ pour se balader au clavier d’un onglet à l’autre.
  • ⌘1 pour afficher le premier onglet.
    • ⌘2 pour afficher le deuxième, ⌘3 pour afficher le troisième, et ainsi de suite.
  • ⌘← pour afficher la page précédente.
  • ⌘→ pour afficher la page suivante.
  • ⌘L pour sélectionner l’URL de la page. Ça vous positionne directement sur la barre d’URL/recherche de votre navigateur.
  • ⌘R pour recharger la page. (R comme Reload.)
  • ⌘F pour rechercher dans la page. (F comme Find.)
    • Et au lieu de prendre votre souris pour modifier la recherche, faites à nouveau ⌘F pour en lancer une nouvelle (et écraser la précédente).
  • ⌘D pour ajouter la page à ses favoris.
  • ⌘T pour ouvrir un nouvel onglet. (T comme Tab.)
    • ⌘⇧T pour rouvrir le dernier onglet (malencontreusement ?) fermé.
  • ⌘N pour ouvrir une nouvelle fenêtre du navigateur. (N comme New.)
    • ⌘⇧N pour ouvrir une nouvelle fenêtre de navigation privée.
      (Bonus : ce workflow Alfred pour ouvrir la page actuelle en navigation privée.)
  • ⌘W pour fermer l’onglet actif.
  • ⌘+ pour zoomer sur la page.
  • ⌘- pour dézoomer sur la page.
  • Vous pouvez aussi associer des raccourcis clavier à vos extensions de navigateur. Sur Chrome, ça se passe ici : chrome://extensions/shortcuts. Quelques exemples personnels :
    • ⌘⇧X pour ouvrir mon gestionnaire de mots de passe (1Password).
    • ⌘⇧S pour capturer la page dans mon Notion (via leur Web Clipper).
    • ⌘⇧P pour faire une capture d’écran complète de la page complète (via l’extension GoFullPage).

Le meilleur investissement du monde

Voilà, vous avez maintenant une page qui récapitule la plupart des raccourcis clavier qui me rendent service au quotidien. Au regard de l’importance qu’ils ont ma vie, ça fait bien longtemps que j’aurais du publier cet article.

Par rapport aux produits qui meurent et se renouvellent sans cesse, je dois dire que l’apprentissage des raccourcis clavier est un investissement de long terme sur lequel vous pouvez difficilement vous tromper. Même si c’est difficile au départ, ça vaut vraiment le coup d’insister. Oubliez votre souris.


Articles liés 👇 
Souris
Raccourcis clavier de Notion
Superhuman • Gérer ses e‑mails
Alfred • Tout faire au clavier pour gagner du temps

À ne pas rater !

Mes textes vous plaisent ? Suivez-moi.

Adresse e-mail non valide