Siège de bureau

⚠️ L’importance des dates
Les outils évoluent sans cesse, bien plus vite que ma bande passante pour maintenir à jour cette base de connaissances (car ce n’est pas mon travail à plein temps, m’voyez).

Il est possible que le contenu de certains articles ne soit plus tout à fait valable au moment où vous le lisez. Remettez donc toujours les pages dans le contexte de leur date d’écriture, c’est important.

Herman Miller Aeron

Matériel actuel : Herman Miller Aeron (depuis 2013).

Quand on parle de chaises de bureau, la plupart des gens ont un rapport à l’argent qui me semble complètement pété.

Ça ne choque personne de mettre 1500 balles dans un MacBook, mais quand il faudrait mettre ce prix dans le siège de bureau qui va conditionner sa santé 10 heures par jour pendant toute sa vie professionnelle, tout le monde crie au scandale.

Pourquoi ?!

Comme les fauteuils médiocres ne coûtent pas très cher, le prix des chaises Herman Miller (ou autres sièges de qualité qui ont fait leur preuves) donnera toujours quelques bouffées de chaleur à tous ceux qui le découvrent pour la première fois. Ce fût mon cas en 2013, et le débat sur le prix de ces sièges perdurera probablement à jamais.

Je dois bien l’avouer : ça fait mal de lâcher une si grosse somme d’un coup. Moi aussi, j’ai commencé par m’acheter un siège IKEA que j’ai trouvé plutôt confortable sur le moment, mais qui a montré ses premiers signes de faiblesse en moins de six mois, et qu’il a fallu renouveler au bout de quelques années seulement.

Je commençais à comprendre à quel jeu je jouais. Un jeu où les considérations de long terme doivent prévaloir sur les optimisations budgétaires court-termistes. Ayant eu la chance de tomber sur un employeur qui avait compris ça avant moi, j’ai pu tester pendant plusieurs années celle qui est considérée comme la meilleure chaise de bureau du monde : l’Aeron d’Herman Miller. Celle qu’on trouve aussi bien au MoMA que dans les trois quarts des start-ups technologiques. En tant qu’adepte du télétravail qui passe beaucoup de temps derrière un bureau, j’ai fini par m’équiper également à la maison.

Avec plusieurs années de recul, ma conclusion est claire : 1500 € pour un truc que j’utilise presque 10 heures par jour (!) pendant au moins quelques décennies (car oui, cette chaise est absolument increvable), ce n’est pas cher. Il n’y a pas beaucoup de produits que j’utilise autant, en fait. Je ne vous parle même pas des enjeux de santé — le dos du Jonathan Lefèvre de 70 ans valant bien plus que quelques centaines (ou même milliers) d’euros.

Message de votre vous-même du futur :

« Arrête d’utiliser un ordi à 2000 € en étant assis sur une chaise à 20 €. Je paye maintenant 2000 € par an en physiothérapie. »
Merci Rodolphe, ça résume bien la question.

Je ne suis pas en train de dire que tout le monde devrait dépenser autant d’argent dans un siège de bureau. Tout le monde ne peut évidemment pas se le permettre, et je comprends très bien qu’on trouve ça hors-de-prix. Mais je pense qu’il est intéressant de dépasser cette réaction impulsive, en réfléchissant davantage à long terme. Faire des compromis sur sa santé n’est jamais un très bon calcul dans la durée.

Je ne sais pas si vous avez déjà vu des gens qui regrettent l’achat de leur Aeron, mais moi non. Ça doit sans doute exister, mais je suis à mille lieu d’en faire partie. Surtout pas en pleine canicule — le meilleur moment pour apprécier le confort et les propriétés anti-transpirantes de cette chaise incroyable. Une fois qu’on a goûté à la surface tressée de l’Aeron, on se demande pourquoi tous les sièges de bureau n’utilisent pas cette matière. La mienne n’a pas encore dix ans, mais je la considère déjà comme un des meilleurs investissements de ma vie.

À bien y réfléchir, il y en a parfois qui doivent regretter leur achat : les start-ups qui s’apprêtent à mourir (seulement quelques mois après s’être équipées en masse). C’est triste pour elles, mais ça donne de belles opportunités pour acquérir ces sièges de luxe pour le tiers de leur prix neuf. En général, ils partent à une vitesse folle. À force de lire des avis comme le mien, vous finirez par comprendre pourquoi.


À ne pas rater !

Mes textes vous plaisent ? Suivez-moi.

Adresse e-mail non valide