1. 🏠 Accueil
  2. Logiciels
  3. Alfred • Tout faire au clavier pour gagner du temps

Alfred • Tout faire au clavier pour gagner du temps

Sommaire 👇

📆 Publié en décembre 2018.
✍️ Dernière mise à jour en octobre 2019.

⚠️ L’importance des dates
Les outils évoluent sans cesse, bien plus vite que ma bande passante pour maintenir à jour cette base de connaissances (car ce n’est pas mon travail à plein temps, m’voyez).

Il est possible que le contenu de certains articles ne soit plus tout à fait valable au moment où vous le lisez. Remettez donc toujours les pages dans le contexte de leur date d’écriture, c’est important.

J’aime tellement Alfred que je lui avais consacré un article — il y a quelque temps déjà — qu’on peut qualifier d’introduction à ce fantastique logiciel. J’ai hésité à le dupliquer ici, mais je me dis que cette référence sera suffisante. Si vous ne connaissez pas déjà Alfred (😱), commencez donc par lire cet article :

Utilisez Alfred. Vous ne le regretterez pas.

Je fais très attention à ce que je promets de façon générale (il y a même un chapitre de mon livre qui s’appelle « Les promesses sont des dettes »), mais je suis suffisamment confiant pour vous dire que vous ne le regretterez pas.

MOAR workflows

Maintenant que vous comprenez la puissance d’Alfred, on va pouvoir aller plus loin en discutant de manière approfondie de tout ce qu’il peut faire pour nous simplifier la vie. J’ai toujours l’impression d’être un amateur avec Alfred, tellement le potentiel de workflows semble infini.

Le plus simple est peut-être de passer en revue quelques workflows que j’utilise régulièrement ; ça fera déjà une bonne base à la discussion. Je ne vais donc pas revenir sur les snippets, les recherches web ou encore le gestionnaire de presse-papier, bien qu’ils représentent mon usage majoritaire d’Alfred. Voici plutôt quelques workflows qui me sont utiles. Par ordre alphabétique.

Advanced Google and Apple Maps Workflow for Alfred • Itinéraires Google Maps

Ce workflow (que je suis loin d’exploiter à 100 %) me permet de gagner du temps à chaque fois que je cherche un itinéraire. J’utilise souvent la commande dirfh(Direction From Home), ça m’épargne quelques clics :

Workflow Alfred : Advanced Google and Apple Maps

Il y a bien d’autres raccourcis appréciables, dont l’intitulé est assez explicite :

Workflow Alfred : Advanced Google Maps. Afficher rapidement un itinéraire depuis son domicile.

Alfred Browser Toolbox • Actions contextuelles directement depuis Alfred

Ce workflow est fort pratique pour réaliser certaines actions sur un fichier, directement depuis Alfred. Alfred en embarque pas mal par défaut, mais ce workflow en ajoute quelques unes :

Workflow Alfred : Alfred Browser Toolbox. Actions contextuelles directement depuis Alfred.

À gauche : Alfred par défaut. À droite : ce que ce workflow ajoute.

J’ignore pourquoi, mais il n’est pas possible (ni nativement, ni grâce à ce workflow) de renommer un fichier directement depuis Alfred. Le vénérable Vitor — un des développeurs de workflows Alfred les plus prolifiques — a résolu le problème en créant RenameAction, que je m’empresse donc de vous recommander.

Alfred Chrome • Ouvrir le bon profil Chrome

Pour ouvrir une URL sur le profil Chrome de son choix. Ça évite de le faire manuellement :

Workflow Alfred : Alfred Chrome. Pour ouvrir le bon profil Chrome.

Je m’en sers parfois sans utiliser d’URL (en tapant uniquement cr), juste pour ouvrir le bon profil Chrome directement depuis Alfred.

Antidote 9 • Chercher dans Antidote

À chaque fois que j’ai besoin d’utiliser l’impeccable dictionnaire d’Antidote, le point d’entrée est évident : une recherche. Rien de tel qu’un bon vieux workflow Alfred pour gérer ça.

Workflow Alfred : Antidote.
J’avais contacté le développeur pour qu’il mette à jour le workflow pour être compatible avec Antidote 10. Voici la nouvelle version.

Audio Switch • Changer rapidement d’entrée/sortie audio

Ça me gonfle un peu d’aller dans les préférences de macOS quand je souhaite changer de sortie son (des haut-parleurs du MacBook vers mon casque, par exemple). Ce workflow permet de le faire au clavier en quelques secondes :

Workflow Alfred : Audio Switch. Changer rapidement de source audio.

Ça marche aussi pour le micro. Les commandes de déclenchement sont Input et Output.

Birthday • Gadget dispensable

J’ai quel âge, déjà ?

Workflow Alfred : Birthday.
La vieillesse est totale. 😱

Ça ne vous rendra pas beaucoup plus productif, j’avoue. Mais c’est suffisamment sympathique pour figurer dans ma liste.

Character counter • Compteur de caractères

Workflow Alfred : Character counter. Compteur de caractères.
C’est bon, ça rentre dans un tweet.

Je prends généralement cette info dans Ulysses ou iA Writer, mais il m’arrive quand même d’utiliser ce workflow. Sans doute pour la vitesse d’exécution.

Convert • Convertir les unités d’un format à l’autre

J’ai toujours du mal à me souvenir des unités de mesures utilisées par d’autres pays.

Workflow Alfred : Convert. Convertir les unités d’un format à l’autre.

Ça marche aussi pour convertir des unités de temps, les devises, et plein d’autres trucs sympathiques.

Disk Free • Connaître l’espace disque disponible

Plus rapide que le > À propos de ce Mac > Stockage qui met toujours 3 plombes à faire ses calculs… Ce workflow :

Workflow Alfred : Disk Free. Connaître l’espace disque disponible.

Domainr • Vérifier rapidement la disponibilité d’un nom de domaine

Workflow Alfred : Domainr. Vérifier rapidement la disponibilité d’un nom de domaine.

Ça va plus vite que d’aller sur Gandi, OVH, Nuageapp, NameCheap et compagnie.

DownVid • Télécharger une vidéo en local

C’est de plus en plus rare, mais il m’arrive de vouloir télécharger une vidéo en local, histoire de pouvoir la regarder sans aucune dépendance à une connexion Internet. Ce workflow est parfait pour ça. Il suffit de copier l’URL de la vidéo en question, de lancer DownVid avec Alfred, et le tour est joué.

Workflow Alfred : DownVid. Télécharger une vidéo en local.

Emoji codes • Trouver l’emoji parfait‌

Je déclenche le plus souvent mes emojis « de mémoire » depuis un snippet Alfred, grâce à l’excellent Alfred Emoji Pack. C’est parfait quand on connait à l’avance l’emoji qu’on veut poster. Mais quand on ne se souvient plus du code ou qu’on souhaite faire une recherche, ça se complique. C’est là que ce workflow m’est parfois utile.

Workflow Alfred : Emoji codes. Trouver l’emoji parfait‌.

Font Awesome • Intégrer un icône dans du code HTML

Je ne produis pas très souvent du code HTML (le monde ne s’en porte que mieux, je crois) mais quand ça m’arrive, je suis content de pouvoir insérer rapidement des icônes Font Awesome grâce à ce workflow.

Workflow Alfred : Font Awesome. Intégrer un icône dans du code HTML.

Google Suggest • Afficher les suggestions Google dans Alfred

L’auto-complétion, c’est la vie !

Workflow Alfred : Google Suggest. Afficher les suggestions Google dans Alfred. Autocomplétion Google.

Last changed files • Accéder rapidement aux fichiers récents

Ce workflow liste les fichiers récemment modifiés. Il devient ainsi très rapide d’y accéder (puis d’interagir avec, depuis Alfred : ouverture, glisser-déposer, etc.), car il n’y a plus besoin de réfléchir où ils sont situés. Utilité maximale.

Mac App Store Search • Chercher sur l’App Store

Ça va beaucoup mieux de puis OSX Mojave, mais l’App Store a toujours été une des pires applications macOS. Ce workflow permet de contourner la lenteur de la navigation, en arrivant directement sur la page de l’app qui vous intéresse.

Workflow Alfred : Mac App Store Search. Chercher sur l’App Store.

New Google Docs • Ouvrir un nouveau document Google

Je n’ai pas trouvé de moyen plus rapide pour ouvrir un nouveau document Google. Ça marche avec les spreadsheets, les documents texte, les présentations, et même les Google Forms.

Workflow Alfred : New Google Docs. Ouvrir un nouveau document Google.

Open in Finder Tab • Ouvrir dans un onglet du Finder

Ce workflow m’a beaucoup servi pendant les années où j’utilisais fréquemment les onglets du Finder. Je m’en sers beaucoup moins depuis que j’ai découvert Moom.

Workflow Alfred : Open in Finder Tab. Ouvrir dans un onglet du Finder.

Open in Tweetbot • Ouvrir une URL dans Tweetbot

Ce workflow ouvre le lien d’un tweet copié directement dans Tweetbot. Pratique.

Workflow Alfred : Open in Tweetbot. Ouvrir une URL dans Tweetbot
Oui je sais, je suis encore sur Tweetbot 2.

Pocket for Alfred • Utiliser Pocket directement depuis Alfred

Un workflow très agréable pour les gros utilisateurs de Pocket dans mon genre. Cas d’usage typique : retrouver en quelques secondes un vieil article archivé qui m’avait intéressé :

Workflow Alfred : Pocket for Alfred. Utiliser Pocket directement depuis Alfred.

RecentDownloads • Accéder rapidement aux fichiers téléchargés

RecentDownloads fait partie des workflows que j’utilise le plus régulièrement. Il me permet d’interagir avec des fichiers téléchargés sans décrocher les mains de mon clavier. Cela dit, j’aime bien le combiner avec la souris pour un cas d’usage courant : ranger rapidement (dans le bon dossier) un fichier téléchargé.

Workflow Alfred : RecentDownloads. Accéder rapidement aux fichiers téléchargés.

J’utilise un workflow équivalent — qui s’appelle aussi RecentDownloads et qui est même un peu plus complet — pour interagir avec mon dossier dans lequel se logent toutes mes captures d’écran. Merci au développeur, très à l’écoute !

SandwichTimer • Lancer un compte à rebours rapidement

Il existe plusieurs workflows pour lancer un minuteur avec Alfred (souvent de mèche avec la méthode pomodoro, d’ailleurs), mais c’est celui-ci que j’utilise le plus. Il est simple et efficace. Contrairement aux autres que j’avais testés, SandwichTimer laisse l’alarme allumée tant qu’on ne clique pas sur la notification, ce qui est précisément le rôle d’une alarme selon moi. C’est l’un des rares cas où je veux justement une notification intrusive, qui m’interrompt dans ce que je fais. Cas d’usage typique : ne pas laisser cramer un truc que j’ai mis à cuire au four.

Workflow Alfred : SandwichTimer. Lancer un compte à rebours rapidement.
OK, j’ai triché sur le montage. J’avoue.

C’est assez imbattable en termes de vitesse d’exécution (ça tombe bien, on a généralement besoin d’aller vite au moment de lancer un compte à rebours), bien que les « OK Google » et autres « Dis Siri » commencent à rivaliser pour ce genre de tâches. Si je suis proche de mon clavier, je préfère quand même toujours cette solution.

SayYouSayMe • Faire prononcer un mot par une voix de synthèse

Si jamais j’ai un doute avec la prononciation d’un mot… Un petit coup de SayYouSayMe sur Alfred et c’est plié.‌

Workflow Alfred : SayYouSayMe. Faire prononcer un mot par une voix de synthèse.
Pas de son sur les gifs, désolé.

L’avantage de ce workflow est qu’il intègre énormément de langues. De quoi vous placer à côté d’un native speaker une synthèse vocale en quelques frappes de clavier.

Show Mac Desktop • Afficher le bureau

Workflow simplissime qui permet d’afficher son bureau en un raccourci clavier ( +  + D). Pratique pour mettre un peu d’ordre quand on a plein de fenêtres ouvertes.‌

Speedtest • Tester son débit Internet

Plus rapide que d’aller soi-même sur speedtest.net.

Workflow Alfred : Speedtest. Tester son débit Internet.

Unicode Symbols Search • Trouver un symbole unicode

Ce workflow m’aide à trouver tous les symboles unicode que je n’ai pas encore pris le temps d’ajouter sous forme de raccourci clavier. C’est donc un petit moteur de recherche fort appréciable :

Workflow Alfred : Unicode Symbols Search. Trouver un symbole unicode.

Text Manipulator • Changer la casse d’un texte sélectionné

Workflow Alfred : Text Manipulator. Changer la casse d’un texte sélectionné.

C’est une fonctionnalité proposée par la plupart des bons éditeurs le texte. Mais là encore, ça va toujours plus vite de lancer le truc au clavier.

Trello for Alfred • Prise de notes (ultra) rapide

Trello for Alfred est un élément central de mon système de prise de notes, que je vous encourage à découvrir pour comprendre l’intérêt de ce merveilleux workflow. Je n’ai toujours pas trouvé mieux pour noter quelque chose rapidement.

Workflow Alfred : Trello for Alfred. Créer des cartes Trello directement depuis Alfred.

Trello for Alfred • Chercher et ouvrir un tableau Trello

Un autre workflow pour faire appel à Trello depuis Alfred — différent de celui que j’utilise pour ma prise de note rapide. Je me sers de celui-ci pour lancer une recherche parmi mes tableaux Trello, et les ouvrir rapidement.

Workflow Alfred : Trello for Alfred. Chercher et ouvrir un tableau Trello.
C’est tellement plus agréable que de chercher manuellement depuis Trello.

Ulysses • Manipuler Ulysses depuis Alfred

Un workflow remarquable pour interagir avec le non moins remarquable Ulysses. Il permet de trouver n’importe quel contenu au sein d’Ulysses, et surtout de l’ouvrir instantanément :

Workflow Alfred : Ulysses. Manipuler Ulysses depuis Alfred.

Il y a plusieurs opérateurs pour affiner sa recherche : us pour ouvrir une feuille, ug pour ouvrir un groupe de feuilles, ou encore uf pour chercher à l’intérieur du contenu de chaque feuille (!). On peut même arriver directement sur la barre de recherche intégrée d’Ulysses (sorte d’Alfred intra-Ulysses — INCEPTION) avec uo. La grande classe.

Various Screenshots • Lancer des captures d’écran

Je fais l’essentiel de mes captures d’écran avec le raccourci natif de macOS :  +  + 4. Il m’arrive néanmoins d’en faire par le biais de ce sympathique workflow, qui permet de choisir entre les trois options de capture (zone sélectionnée manuellement, fenêtre seule, ou écran en entier) :

Workflow Alfred : Various Screenshots. Lancer des captures d’écran.

Voilà pour la petite visite du propriétaire. Hormis quelques workflows très personnels, je crois que j’ai à peu près fait le tour. Pour aller encore plus loin, je vous recommande vivement cette liste.

MOAR Alfred features

En plus de mes workflows, je vais profiter de cet article pour évoquer certaines de mes fonctionnalités favorites d’Alfred. C’est le moment où jamais pour en parler de manière un peu plus approfondie que dans mon article introductif.

Accès aux contacts

J’utilise Google Contacts depuis mes débuts sur Gmail, au milieu des années 2000. Même avant d’avoir mon premier smartphone, je mettais déjà minutieusement ma liste de contacts sur le cloud, histoire de ne pas me retrouver à poil à la moindre défaillance matérielle. À chaque fois que je voyais des posts Facebook de personnes paniquées d’avoir perdu tous leurs contacts parce qu’elles s’étaient fait voler leur téléphone, je me demandais pourquoi elles n’avaient pas fait la même chose.

C’est sans doute la précocité qualitative de Gmail par rapport aux services de l’époque qui m’a amené chez Google, pour beaucoup de mes données. J’y suis toujours resté depuis, sans trop de regret pour le moment. Sur macOS, je n’avais pas de raison d’utiliser l’application Contacts : la version web de Google Contacts me convenait très bien.

Et puis, à force d’utiliser Alfred pour gagner du temps sur des centaines de micro-tâches… J’ai fini par m’en servir pour accéder à mes contacts. Parce qu’Alfred est plus qu’un logiciel. C’est une invitation à recâbler son cerveau.

Ouvrir ses contacts avec Alfred

Il y a une belle plus-value à connecter son compte Google à l’application Contacts de macOS. Parce qu’après avoir fait ça, Alfred va pouvoir indexer tous vos contacts. Et c’est là que les pouvoirs magiques vont commencer à arriver.

Google Contacts + Contacts macOS + Alfred
Je n’ai parlé que de Google, mais vous avez le choix.

Lorsque vos contacts seront alfredisés™ (une fois n’est pas coutume : inventons des mots, yolo), vous allez diviser par trois ou quatre le temps d’accès à l’information. Si si, je vous jure :

À regarder en plein écran.

À partir de la fiche contact d’Alfred, on peut copier n’importe quelle information avec + C, pour la coller ensuite dans n’importe quel champ de texte. C’est surpuissant. Je m’en sers même pour écrire plus vite — et sans faute — le nom de certaines personnes qui n’ont pas la chance d’avoir un patronyme facile à écrire.

Copier-coller le nom (compliqué) d’un contact depuis Alfred
No offense, Estelle. 😬 (Le meilleur c’est Creed, de toute façon.)

Vous pouvez bien sûr naviguer parmi les menus au clavier, et ouvrir directement ce qui vous intéresse avec Entrée ⏎. Si vos fiches contact sont soigneusement remplies, vous allez éliminer beaucoup de friction à ces tâches aussi courantes que répétitives : envoyer un e-mail à quelqu’un, vérifier son adresse postale, lui souhaiter son anniversaire, etc.

Un de mes cas d’usage favoris est l’envoi d’un SMS. En combinant Alfred et la version web d’Android Messages (qui donne une URL unique à chaque conversation), ça va super vite :

Envoyer un SMS avec Alfred et Android Messages

Rien que pour ça, ça valait le coup de brancher mes contacts Google à l’appli macOS. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps.

Moteurs de recherche (web) verticaux

Grappiller quelques secondes à chaque fois que je lance une recherche sur un site web ? C’est un peu comme un shoot d’endorphine. Chacun ses plaisirs, je sais. A contrario, je ronge mon frein dès qu’un site web ne fournit pas d’URL de recherche.

Voici une liste de mes moteurs de recherche alfredisés, avec leur préfixe associé, sans ordre particulier :

Vous remarquerez que certains préfixes sont un peu longs. C’est parfois nécessaire pour éviter qu’ils entrent en conflit. Leur longueur n’est pas un problème, car l’auto-complétion d’Alfred fonctionne merveilleusement bien. Pas besoin de les taper en entier.

Autocomplétion des préfixes par Alfred
Qui aurait cru que alternativeto pouvait se taper si rapidement ?

Bon, ça fait pas mal de moteurs de recherches, mine de rien. Vous en profiterez peut-être pour découvrir certains services bien pratiques que j’utilise régulièrement. En tout cas, servez-vous. C’est gratuit. Et n’hésitez pas à me partager vos propres raccourcis.

Ouvrir une page web rapidement

Avant de conclure cet article, je ne résiste pas à évoquer plus spécifiquement une de mes fonctions favorites d’Alfred, que j’utilise systématiquement. Elle n’est d’ailleurs pas très veille, puisqu’arrivée lors d’une mise à jour de septembre 2017.

Alfred est capable de scanner les favoris de votre navigateur (seulement Chrome ou Safari pour le moment) pour que vous puissiez ensuite les ouvrir à la vitesse de la lumière.

Ouvrir des sites en un clin d’œil avec Alfred
Quelques exemples hasardeux d’URLs que j’ai déjà ouvertes plus d’une fois.

C’est ma manière numéro 1 d’ouvrir un site web. Je n’ai pas trouvé plus rapide ni plus agréable. Le simple fait de penser à mon fonctionnement pré-Alfred (aller dans mon navigateur > + T > taper le texte > valider…) est douloureux.‌

Dès que je retourne sur un site plus d’une fois, je prends le temps d’en faire un raccourci, pour y accéder plus vite (par le biais d’Alfred) la fois suivante. Je veille à nommer correctement le raccourci, selon les termes que je souhaite utiliser dans la barre de recherche pour ouvrir le site. Avoir n’importe quel site à portée de quelques frappes de clavier, ça change la vie.

Bonus : partager une URL rapidement

Admettons que je sois en train de discuter avec un collègue sur Slack, qui me demande de lui rappeler le nom d’un service dont je lui avais parlé précédemment (comment ça, il avait oublié d’en prendre note ?!).

Avant d’utiliser Alfred, voici ce qui se passait lorsque je souhaitais partager une URL à quelqu’un :

  1. Ouvrir l’URL en question dans le navigateur. (Maintenant, vous savez comment aller plus vite pour ça.)
  2. Sélectionner l’URL ( + L).
  3. Copier l’URL ( + C).
  4. Retourner dans ma conversation Slack ( + , coucou Contexts).
  5. Coller l’URL dans ma conversation ( + V).

Avec Alfred, je peux effectuer les 4 premières étapes d’un seul coup. En fait, je peux copier l’URL directement depuis la barre de recherche : il suffit de la sélectionner au clavier, puis de faire + C. Ce raccourci déclenche même la disparition d’Alfred, pour que vous puissiez coller votre URL directement. Fabuleux. Démonstration :

Copie-coller des URL rapidement avec Alfred

J’ai mis beaucoup trop de temps à le découvrir pour ne pas vous en parler. 😅

Search rules the world

Après plusieurs années d’utilisation intense d’Alfred (mes statistiques indiquent des journées à plus de 500 déclenchements), je me rends compte que sa véritable puissance est de tout rendre accessible sous la forme d’une recherche. Or, comme Google l’a brillamment démontré depuis une vingtaine d’années, la recherche est la manière la plus efficace de trouver et d’accéder à l’information. Rechercher un mot-clef est souvent la première étape d’une quantité phénoménale de tâches.

C’est cette proximité d’Alfred avec votre clavier d’une part, et les interfaces logicielles d’autre part, qui en fait un outil de productivité exceptionnel. Il réduit, de manière impressionnante, la distance entre une pensée et l’exécution d’une tâche.

L’effet pervers étant qu’il devient aussi, d’une certaine manière, plus facile de se disperser. Certes, il n’a jamais été aussi facile pour moi d’ouvrir des documents ou outils de travail. Mais d’un autre côté, il n’a jamais été aussi facile d’ouvrir Facebook ou toute autre source de distraction. Parfois, il est donc sain de garder volontairement un peu de « pénibilité » dans l’accès à certains contenus ou distractions potentielles, pour ne pas céder à la tentation de la dispersion. Il serait dommage de s’éparpiller dans certaines tâches moins importantes que d’autres, sous prétexte qu’on y accède plus facilement qu’avant.

Ça tombe bien, car Alfred peut aussi vous aider dans ce sens. Au lieu d’accéder à un site par le biais de sa page d’accueil et de me faire distraire par tout ce qu’elle contient (à l’instar des supermarchés qui placent toujours les biens de première nécessité à l’opposé de l’entrée), j’enregistre mon favori avec l’URL précise de l’application web où je souhaite aller. Par exemple, je ne vais jamais sur la page d’accueil de YouTube. Je me contente de lancer le raccourci qui m’amène à ma liste de vidéos « À regarder plus tard », ou de lancer une recherche YouTube directement depuis Alfred.

Je pourrais continuer longtemps à faire les louanges d’Alfred. J’espère que cet article vous aura permis de comprendre à quel point il ne mérite pas son image de « simple alternative à Spotlight », retenue par la plupart des gens. Les £35 dérisoires du Powerpack sont probablement un des meilleurs investissements de ma vie. J’ose croire qu’ils pourraient l’être pour vous aussi.


Logo d’Alfred (macOS)

Articles liés 👇 
Superhuman • Gérer ses e-mails
Prendre des notes efficacement pour décharger son cerveau

À ne pas rater !

Mes textes vous plaisent ? Suivez-moi.

Adresse e-mail non valide